Fermer

Toux : les aides naturelles

La toux

La toux est une expiration brusque, bruyante, volontaire ou non qui permet l’expulsion d’une partie de l’air contenu dans les poumons. C’est un réflexe naturel de défense qu'il faut respecter.

À la moindre irritation ou encombrement, notre organisme réagit pour nous protéger de l’intrusion ou prolifération de bactéries et virus dans notre corps.

Identifier sa toux

Il existe différents types de toux qu’il faut savoir reconnaître afin d’adopter un comportement adapté.

La toux sèche est une toux d’irritation qui ne s’accompagne d’aucune expectoration. Elle est dite non productive. La toux sèche est souvent rauque et peut entrainer de la fatigue en particulier lorsqu’elle est nocturne. Il est souvent utile d’avoir recours aux antitussifs pour la limiter. Au cours d’une même affection (le plus souvent d’origine virale) une toux sèche peut se transformer en toux grasse.

La toux grasse est dite productive car elle a pour but d’éliminer les sécrétions qui nous encombrent et gênent les voies respiratoires. Il arrive donc d’avoir besoin de cracher si l’on est atteint de toux grasse. Elle peut avoir plusieurs origines mais il s’agit souvent de la suite d’une affection ORL (rhume, rhino-pharyngite…).

Les bons gestes en cas de toux grasse

Étant donné le caractère productif de ce type de toux, le but n’est pas d’éliminer la toux en elle-même mais les causes qui la provoquent.

Si la toux fait suite à une affection ORL, il est fondamental de se nettoyer le nez plusieurs fois par jour (avec du sérum physiologique par exemple). En effet, la toux est souvent accentuée par le fait qu’une partie des sécrétions nasales s’écoulent dans la gorge (particulièrement en position couché) et ajoutent encore à l’irritation. Un nez propre peut donc aider à calmer la toux.

De même des gestes simples comme boire beaucoup, humidifier l’air ambiant, ne pas trop chauffer la pièce peuvent aider car ils limitent l’irritation des voies respiratoires.

Dois-je consulter ? Une toux grasse qui ne dure que quelques jours et qui ne s’accompagne pas de fièvre n’est pas un sujet d’inquiétude. Si votre toux persiste, si elle s’accompagne de fièvre, de fatigue importante, de difficultés respiratoires ou si vous crachez du sang, consultez dans les meilleurs délais.

Les plantes de la toux

En cas de toux grasse, il peut être intéressant de se tourner vers les plantes :

  • L’eucalyptus (Eucalyptus globulus). Originaire d’Australie, l’Eucalyptus est la plante des voies respiratoires par excellence. On la trouve aisément sous forme d’huile essentielle, de teinture-mère ou en gélules. Très odorantes, les feuilles d’eucalyptus (riches en huile essentielle) sont utilisées pour traiter les troubles des voies respiratoires, soulager les douleurs rhumatismales et contribuer au maintien d'une bonne hygiène buccale.
  • Le sureau noir. L’Organisation mondiale de la santé décrit l’usage traditionnel des fleurs de sureau noir « pour lutter contre la fièvre en favorisant la transpiration, comme expectorant dans les infections mineures des bronches, et pour soulager les symptômes du rhume ».
  • Le lierre grimpant. La Coopération scientifique européenne en phytothérapie reconnaît l’usage du lierre contre « la toux, en particulier celle avec une production importante de mucus, et dans le traitement complémentaire des affections des bronches ».
  • Le plantain est lui aussi considéré comme une plante bénéfique sur les voies respiratoires.
  • Pensez également au miel, traditionnellement utilisé pour adoucir la gorge(1).

Bronchite à toux grasse

  • 2 gouttes d’huile essentielle d’Eucalyptus Globuleux
  • 2 gouttes d’huile essentielle de Ravintsara
  • 2 gouttes d’huile essentielle de Niaouli
  • 1 c-à-s d’huile végétale de Macadamia

Diluez dans une cuillère à soupe d'huile végétale de Macadamia les huiles essentielles d'Eucalyptus, de Ravintsara et de Niaouli. Puis appliquez le mélange en massage, matin et soir, sur le thorax et le dos pendant 7 jours. Si vous n’avez pas d’huile végétale de Macadamia, vous pouvez la remplacer par une autre huile végétale de votre choix.

Credits & sources

(1) : Paul IM, Beiler J, McMonagle A, Shaffer ML, Duda L, Berlin CM Jr. Effect of honey, dextromethorphan, and no treatment on nocturnal cough and sleep quality for coughing children and their parents. NCBI. 2007 Dec;161(12):1140-6. [Consulté le 22/01/2014]. Disponible sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/

Audrey GAST
Rédactrice santé

Rédactrice web expérimentée, Audrey Gast s’intéresse aux domaines de la santé et particulièrement à la phytothérapie. Elle a collaboré avec plusieurs laboratoires pharmaceutiques et avec le site e-santé (http://www.e-sante.fr/).