Fermer

La migraine, comment la soulager ?

Soulager la migraine ?

Si tout le monde a déjà souffert de maux de tête, tout le monde n’est pas migraineux pour autant. La migraine se différencie du simple mal de tête par la fréquence des crises, leur durée et leur intensité.

Migraine ou simple mal de tête ?

La migraine est une maladie reconnue qui toucherait entre 10% et 20% de la population française selon les sources(1). Selon l’International Headache Society (IHS), qui fait référence en la matière, on peut parler de migraine si, dans le cadre d’un examen clinique normal :

  • le mal de tête évolue par crises (d'une durée de quelques heures à trois jours) entrecoupées de périodes de rémission ;
  • au moins cinq crises ont été répertoriées ;
  • le mal de tête présente au moins deux des aspects suivants : localisé d’un côté de la tête, pulsatile (douleur qui bat au rythme du cœur), accru par l’effort physique, douleur forte à très forte ;
  • le mal de tête s’accompagne d’au moins l’un des signes suivants : nausées ou vomissements, gêne à la lumière et au bruit2 ;

Attention : Si les maux de tête sont répétés, si leur fréquence et intensité augmentent ou s’ils handicapent la vie quotidienne, il faut consulter sans tarder son médecin traitant.

Les causes

Certains phénomènes sont à même de provoquer ou de favoriser l’apparition d’une crise migraineuse bien qu’ils n’en soient pas la cause. Variant d’une personne à l’autre, voici quelques-uns des facteurs déclenchants les plus fréquents :

  • Les hormones : c'est notamment le cas des migraines menstruelles. Le lien entre hormones féminines et migraine semble confirmé par le fait que la migraine touche trois fois plus les femmes que les hommes3 ;
  • Certains aliments ont également été mis en cause : alcool, chocolat, graisse, agrumes, café et fromages sont ceux qui reviennent le plus souvent. Chez certaines personnes, la migraine peut être déclenchée par le fait de n’avoir pas assez mangé ;
  • Les conditions météorologiques (vent, baisse de la pression atmosphérique, orage) et les facteurs environnementaux (odeur forte, parfum, forte luminosité...) peuvent également avoir leur importance dans l’apparition de crises de migraine ;
  • Le stress et les contrariétés, ou à l’opposé, les périodes où l’on relâche la pression peuvent déclencher des crises (début de vacances ou weekend par exemple) ;
  • La fatigue et le manque (ou la perturbation du rythme) de sommeil sont souvent cités comme facteurs déclenchants ;
  • Les gènes : Une prédisposition génétique est soupçonnée du fait de l’existence de familles entières de « migraineux ». Plusieurs gènes en seraient la cause, mais pour le moment, les scientifiques faisant partie de l’Inserm viennent seulement de trouver le premier lien irréfutable entre un gène et la migraine4 ;

Quels sont les symptômes d’une migraine ?

On distingue généralement les migraines avec et sans "aura". La migraine sans aura est la plus fréquente. Elle se caractérise généralement par une douleur dans une seule moitié du crâne avec une sensation de pulsation. Elle est souvent accompagnée d’une intolérance au bruit et à la lumière. La crise de migraine peut également s’accompagner de troubles digestifs (vomissements par exemple).

Une migraine avec aura (environ 20% des migraines1) se caractérise quant à elle par des maux de tête précédés par certains symptômes avant-coureurs. Ceux-ci peuvent être visuels (auras ophtalmiques) : perte du champ visuel, scintillements, points lumineux. On parle alors de migraine ophtalmique. Les signes annonciateurs peuvent également être d’ordre neurologique : fourmillements, troubles du langage…

Il existe également des migraines menstruelles (ou cataméniales). Elles sont liées au cycle féminin et font leur apparition à quelques jours près au moment des règles. Il y aurait un lien entre ce type de migraine et la chute du taux d’œstrogène.

Des conseils pratiques ?

En cas de crises, voici quelques astuces utiles à tester et à évaluer :

  • Appliquer du froid ou du chaud sur le front ;
  • Masser les tempes et/ou le cuir chevelu ;
  • Boire du café. La caféine aurait un effet positif sur la migraine de par ses propriétés vasoconstrictrices ;
  • S’isoler du bruit et de la lumière ;
  • Manger un morceau de sucre (notamment dans le cas des migraines liées à l’alimentation) ;

Les aides naturelles

Les traitements alternatifs sont une approche complémentaire dans la lutte contre la migraine. Outre les petites astuces pour soulager les crises, il existe également des alternatives naturelles aux traitements de fond.

La phytothérapie :
La médecine par les plantes est une alliée de choix dans le traitement de la migraine. Les plantes comme la Partenelle (appelée également Grande Camomille) et la Reine des Près parfois associées au Saule sont réputées pour espacer et diminuer l’intensité des crises migraineuses. Elles peuvent être consommées en tisane ou en gélules. La Sauge, la Marjolaine et la Verveine sont également recommandées en infusion ou diluées dans un bain.

L'aromathérapie :
L’huile essentielle de Menthe Poivrée (qui donne une sensation de fraîcheur) et l’huile essentielle de Lavande sont les plus réputées contre les migraines. On les retrouve d’ailleurs dans la composition de sticks « anti-migraine » vendus en pharmacie. Vous pouvez diffuser ces huiles essentielles à l’aide d’un diffuseur ou les appliquer (une fois diluées dans une huile végétale : argan, avocat…) en massages sur les tempes.

Les techniques de relaxation :
En cas de crises liées au stress et à l’anxiété, il peut être utile de faire appel aux techniques de relaxation comme le yoga, la sophrologie ou la méditation.

L’acupuncture :
Quelques séances peuvent suffire à améliorer la qualité de vie du patient migraineux. De plus, les séances d’acupuncture sont remboursées par la sécurité sociale si elles sont pratiquées par un médecin conventionné.

L’homéopathie :
L’homéopathie est souvent considérée comme une alternative intéressante aux médicaments traditionnels en traitement de fond. Une consultation chez un médecin homéopathe s’impose pour déterminer le type de traitement qui convient à votre cas.

Credits & sources

(1) : La migraineWikipédia 
(2) : La douleur en questionMinistère de la Santé et de la Protection Sociale 
(3) : Migraine ou mal de têteLarousse Médical 
(4) : La migraine, une affaire de gènesINSERM

Audrey GAST
Rédactrice santé

Rédactrice web expérimentée, Audrey Gast s’intéresse aux domaines de la santé et particulièrement à la phytothérapie. Elle a collaboré avec plusieurs laboratoires pharmaceutiques et avec le site e-santé (http://www.e-sante.fr/).