Fermer

Les amies de la prostate

Hypertrophie de la prostate

La prostate est une glande de l'appareil génital masculin. Sa fonction principale est de sécréter une partie du liquide séminal, l'un des constituants du sperme, et de le stocker. Chez le petit garçon, la prostate ne pèse que quatre grammes. Son poids atteint 20 grammes à la puberté puis la prostate grossit naturellement et progressivement avec le temps.

La prostate reste souvent inaperçue. En devenant plus volumineuse, elle exerce une pression croissante sur l’urètre, pouvant donner naissance à des besoins fréquents d’uriner, même durant la nuit. L'homme peut également être en proie à des fuites urinaires parce que le grand volume de votre prostate empêche la vidange complète de la vessie, qui finit par déborder. 

Quelques aides naturels ?

Pour atténuer les troubles prostatiques à leurs débuts, certaines plantes peuvent s’avérer bénéfiques. 

La grande ortie (Urtica dioica) : Les racines de la grande ortie sont utilisées outre-Rhin pour favoriser l'élimination rénale de l'eau et comme adjuvant dans les troubles de la miction d'origine prostatique. À ce titre, la Commission Européenne et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent comme « cliniquement établi » son usage « dans le traitement des problèmes d’émission d’urine liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate de sévérité légère à modérée ». 

Pour rappel, la racine d'ortie n'est à utiliser qu'après diagnostic médical.

Les graines de courge (Cucurbita pepo) : Très prisée par les allemands, l’huile extraite des pépins de Courge est traditionnellement utilisée pour favoriser le confort urinaire et prostatique chez le sujet masculin. Alors que ce mécanisme d’action n’est pas encore entièrement élucidé, la richesse de ces graines en nutriments en fait un aliment santé de première catégorie, à consommer quotidiennement. 

Le palmier de Floride (Serenoa repens) : Il s’agit de l’autre plante de la prostate, à côté de la grande ortie, à laquelle elle est souvent associée. Plus d’une dizaine d’études cliniques ont mis en évidence son action positive : diminution de la fréquence des mictions, augmentation du volume urinaire et diminution de l'émission urinaire durant la nuit. 

Quelques astuces pratiques pour le bien-être de la prostate

En plus des plantes médicinales, d’autres mesures simples peuvent s’avérer efficaces pour prévenir les troubles de la prostate. 

Mangez équilibré : Adoptez une alimentation riche en fruits, légumes, fibres et antioxydants. Par ailleurs, évitez les aliments à forte teneur en acides gras saturés et notamment les graisses animales. Veillez à ne pas abuser des aliments épicés. 

Buvez beaucoup : Pensez à boire suffisamment d’eau dans la journée pour limiter le risque de calculs et d’infection liés à la stagnation de l’urine. Le soir, au contraire, il est préférable de réduire votre consommation de liquide pour limiter les besoins urgents la nuit. Par ailleurs, limitez votre consommation de café et d’alcool : ils irritent la vessie et augmentent la production d’urine.

Parlez-en à votre médecin : Si vous prenez des médicaments, mentionnez-le à votre médecin. Certains peuvent en effet aggraver l’hypertrophie bénigne de la prostate et notamment les antihistaminiques, les diurétiques et certains types d'antidépresseurs.

Le saviez-vous ?

En France, un examen de dépistage du cancer de la prostate est recommandé une fois par an à partir de 50 ans. A cette occasion, le médecin réalise un toucher rectal, qui permet de détecter une éventuelle hypertrophie de la prostate. Ainsi, si vous avez plus de 50 ans, saisissez cette opportunité !

Credits & sources

1 Pagano E et al. Phytotherapy of benign prostatic hyperplasia. A minireview. Phytother Res. 2014 Jul;28(7):949-55. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25165780
2 Safarinejad MR. Urtica dioica for treatment of benign prostatic hyperplasia: a prospective, randomized, double-blind, placebo-controlled, crossover study. J Herb Pharmacother. 2005;5(4):1-11. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16635963
3 Lopatkin N, Sivkov A, Schläfke S, Funk P, Medvedev A, Engelmann U. Efficacy and safety of a combination of Sabal and Urtica extract in lower urinary tract symptoms--long-term follow-up of a placebo-controlled, double-blind, multicenter trial. Int Urol Nephrol. 2007;39(4):1137-46. Epub 2007 Feb 15. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18038253
4 Vahlensieck W et al. Effects of Pumpkin Seed in Men with Lower Urinary Tract Symptoms due to Benign Prostatic Hyperplasia in the One-Year, Randomized, Placebo-Controlled GRANU Study. Urologia internationalis, 2014 Sep 5. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25196580 

Gabrielle CREMER
Docteur spécialisée en pharmacologie clinique
Le Docteur Gabrielle Cremer est spécialisée en pharmacologie clinique, une spécialité qui s’intéresse au développement de nouveaux médicaments.